Dzing, gourmand autrement

Dzing - L'Artisan Parfumeur

Que diriez-vous d’un saut dans le temps ?

Il y a 23 ans, l’Artisan Parfumeur faisait découvrir Dzing au monde entier.

Il sort à la fin d’une décennie marquée par la montée en puissance des parfums gourmands. Tout était partie d’Angel qui, en 1992, avait clairement donné le la à cette vague redoutable.

Autant vous dire que Dzing s’inscrit dans une autre catégorie de parfums gourmands. Une semi-gourmandise qui a son histoire, son environnement, ses protagonistes et son intrigue… C’est au cirque que Dzing nous emmène avec son sillage si unique. Je vous livre ses secrets sans plus tarder.

Dzing - L'Artisan Parfumeur

Dzing est un cuir animal à la frontière du gourmand avec ses notes caramélisées. Olivia Giacobetti à qui l’on doit la fragrance, nous a traduit le cirque en mêlant les notes de caramel, d’iris et de cuir. Le spectacle se poursuit avec un accord animal prononcé et des notes boisées.

Comment se déroule ce spectacle olfactif ?

  • Les numéros réalisés par la ménagerie : les facettes animales sont au premier rang, elles sont brutes et légèrement sales. Présentes dès l’ouverture, se faire attendre ne fait pas partie de leur plan. Nous avons la sensation que les animaux sont proches de nous et pourtant…
  • La gourmandise qui nous fait davantage apprécier le spectacle : les effluves de ces gourmandises à peine sucrées se mêlent aux odeurs animales de la salle et viennent les alléger. Des effluves sucrées qui respectent un certain équilibre. Dzing est sucré mais pas au point de vous faire saliver en vous faisant directement penser à une pâtisserie/confiserie. Débute alors un échange habile entre les facettes animales et sucrées.
  • Le profil du cuir : chaussures, costumes, selles… des notes cuirées aériennes car tous ces éléments sont en mouvement. Ici le cuir donne de la consistance à l’ensemble sans empiéter sur la dimension aérienne qui est présente dès le début. C’est cette dimension, qui selon moi, est la clé de ce parfum car elle fait cohabiter cet ensemble de notes qui peut paraître déroutant au premier abord.

Côté performance, je dois avouer que j’ai encore du mal à me dire que Dzing est une eau de toilette. J’arrive à obtenir une projection moyenne et environ 6h de tenue.

Quand est-ce que je préfère porter Dzing ?

Sur moi, Dzing excelle par temps froid. Si vous arrivez à vous le procurer (il est discontinué depuis quelques années), je vous recommande de le porter durant la période automne-hiver.

Ce qu’il faut retenir de Dzing

Cette balade parfumée nous offre une interprétation à 360°. Nous avons accès à différents éléments du cirque sans compromis. J’aurais aimé que Dzing ouvre la voie à d’autres parfums dans le même genre. Que nous ayons pléthore de parfums mi-animal, mi-gourmand avec différents scenari.

Pour celui de Dzing, voici mon interprétation : la dominance du mouvement et le jeu sur la sensation de proximité. 

Après tout, qui ne voulait pas être au premier rang au cirque ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *