Mixed Emotions (Byredo) : jeu habile des contraires

Mixed emotions - Byredo

On dit souvent qu’il faut se défaire de cette habitude de vouloir le meilleur des deux mondes. Mais quand il s’agit de parfum, on peut rêver et obtenir plus. Avec Mixed emotions de Byredo, les contraires s’entrechoquent. Le tout sans faire de compromis.

1. Notes et famille olfactive

Mixed emotions - Byredo

Mixed emotions (eau de parfum) – Byredo

Mixed emotions est un fruité aromatique à la fois plein de peps et sec. On comprend rapidement à la lecture des notes que la fragrance honore les contrastes.

Les notes :

  • Notes de tête : mate & cassis
  • Notes de cœur : thé noir de Ceylan & feuilles de violette
  • Notes de fond : papyrus & bois de bouleau

2. L’évolution de Mixed Emotions

L’ouverture se veut fruitée à souhait, avec un cassis frais. Rapidement, les premiers contrastes s’installent :

  • Le bois de bouleau et le thé noir donnent en spectacle leur sécheresse.
  • À cela s’ajoute les facettes fumées du mate, du thé noir et du papyrus. Le papyrus est une plante répandue dans des zones humides en Afrique. Elle est utilisée pour ses facettes boisées, fumées et parfois cuirées selon le dosage.

Tous ces contrastes “cohabitent” particulièrement bien ensemble et le cassis maintient sa dominance du début à la fin. En résumé : c’est frais, sec, fruité, parfois fumé. De quoi avoir le nez stimulé toute la journée.

3. Performance

Grande fut ma surprise devant la tenue de Mixed emotions. Ce jeu des contrastes a tenu plus de 9h sur ma peau. Je vous laisse imaginer la tenue sur les vêtements !
Sur moi, Mixed emotions projette moyennement et ne laisse pas forcément de sillage. Si vous voulez qu’il soit plus perceptible, il vaut mieux miser sur une application sur les vêtements ou tenter le layering.

4. Mixed emotions, quand peut-on te porter ?

Au vu des notes et de l’évolution de Mixed emotions, c’est un parfum plus adapté au printemps, en été et au début de l’automne. J’ai bien peur que la sécheresse du mate, du bois de bouleau et du papyrus ne soit trop amplifiée en hiver. L’ayant testé à la fin du printemps, cela reste une supposition 😉 Comme toujours, je vous invite à tester et voir selon vos préférences.

Le mot de la fin

Fruité pas juvénile, mature, qui interloque et que l’on a envie de sentir encore et encore. Une fragrance qui ne laisse pas indifférent et qui est l’un de mes lancements préférés cette année. Kudos, Byredo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *